Abandon, tome 1 - Meg Cabot

mercredi 26 juin 2013


Abandon, tome 1 de Meg Cabot
360 pages
Lu en ebook.

Pierce, 17 ans, n'est pas morte. 
Ou plutôt elle n'est plus morte. Elle est revenue d'un séjour dans l'Au-delà, où elle n'a pas rencontré de lumière blanche, mais un jeune homme, John, à peine plus âgé qu'elle. Un jeune homme qui lui a proposé de partager l'éternité à ses côtés. Pierce a refusé. Elle lui a échappé. Mais pour combien de temps ?

J'avais vraiment envie de commencer cette saga de Meg Cabot alors je m'y suis lancée quand je l'ai trouvé en e-pub, j'étais quand même loin de me douté que ce livre correspondrait plus à un public un peu plus jeune que moi ...

La première chose qui m'a frappé quand j'ai refermé ce livre c'était le brouillon des 50-70 premières pages. J'ai trouvé la mise en place de cette histoire d'une maladresse alarmante : je ne savais pas si Pierce était morte avant ou après son grand-père, si elle avait vue John pour la première fois dans le Monde des Ténèbres ou avant ? On ne le comprend vraiment qu'après, au début tout est un peu flou et ça a un peu gêné ma lecture.

Ensuite, l'histoire en elle-même est à la fois originale est d'une banalité ... Le concept d'une fille qui revient de l'au-delà est bien trouvé, bien exploité. Le mélange mythique/réalité à la sauce Perséphone et Hadès, est vraiment lui original est nous pousse à découvrir encore plus cette histoire. Pierce est revenue d'entre les morts après avoir visité leur antre : le monde des Ténèbres, là où un garçon aussi sexy que menaçant fait régner l'ordre et la discipline: John. Tentant de prendre un nouveau départ après le divorce des ses parents, elle est malgré elle embarqué dans un tourbillon d'aventure où mythes et réalité s'emmêlent, avec John pour seul repère.

Honnêtement, Pierce ne m'a fait ni chaud ni froid dans ce premier tome. Elle a été survolé comme le reste de cette histoire par l'auteur qui n'a guère approfondis le personnage. C'est une jeune fille marginale, un peu pommée, qui voit un homme qui peut fouler les Enfers et la Terre. Elle n'a ni bon, ni mauvais caractère. Elle est particulièrement neutre, est n'a pas le panache de certaines héroïnes que j'ai pu suivre. Je suis sure que dans un mois, je l'aurais oublié ...
Concernant John, comme d'habitude, il est la caricature même : un homme, grand, musclé, tout de noir vêtu, sombre ce qui colle bien à son rôle ... Du vus et déjà vus. 

Côté histoire d'amour, j'ai été là aussi un peu déçue. Tout ce passe trop vite et trop vers la fin - les cinquante dernière pages sont décisives pour tout en fait-, leur histoire est bâclée. Bien que l'auteure entretienne un suspens sur cette relation j'ai trouvé que les choses arrivaient trop lentement entre eux, j'aurais voulu plus d'actions concrètes, à force de trop faire de mystère, l'auteure risque de perdre quelques lecteurs ... 

Pour conclure : Ce livre ce lit c'est indéniable. De plus, l'utilisation d'un mythe assez connu augmente un peu le piquant de cette histoire : Pierce finira-t-elle comme Perséphone ? Malheureusement, bien que l'idée soit assez bonne, les personnages et les actions sont mal exploitées, bien qu'un suspens naisse à la fin. Une histoire un peu trop décousue tant sur le plan sentimental que sur les actions de nos personnages, et sur ceux-ci. C'est dommage, surtout quand la base de cette histoire est bonne.
De plus la plume de l'auteur ici est vraiment exploitée pour un public plus jeune : beaucoup d'oral tel que "beaucoup beaucoup". Néanmoins, je pense vraiment lire le second tome, histoire de savoir si Pierce et Perséphone connaîtront le même destin ... 

Après avoir relue cette critique, j'ai trouvé celle-ci étonnamment dure. Non que j'ai détesté cette lecture, elle était plaisante et facile, mais ces quelques petits détails désagréables ne peuvent pas s'expliquer autrement. C'est vraiment dommage avec le potentiel de départ ...

Note Globale : 12/20

0 missives écrites:

Publier un commentaire

Un petit message pour un petit Bourriquet ?

Blog contents © Lira bien qui lira le dernier. 2010. Blogger Theme by Nymphont.