Comme un roman - Daniel Pennac

jeudi 27 juin 2013


Comme un roman de Daniel Pennac
175 pages, 
Lu en ebook.


Les droits imprescriptibles du lecteur : 
1 - Le droit de ne pas lire.
 2 - Le doit de sauter des pages.
 3 – Le droit de ne pas finir un livre. 
4 - Le droit de relire.
 5 - Le droit de lire n’importe quoi. 
6 - Le droit au bovarysme ( maladie textuellement transmissible ) .
 7 - Le doit de lire n’importe où.
 8 - Le droit de grappiller. 
9 - Le droit de lire à haute voix. 
10 – Le doit de nous taire.

Comme le hasard fait parfois bien les choses ! Ne sachant jamais trop quoi lire, je tire au sort, avec une joie loin d'être contenue, mon prochain esclaves littéraire, comme le dis si bien Daniel Pennac. Et j'ai eu le plaisir de dénombrer encore un coup de coeur pour l'oeuvre d'un philosophe, porteuse de messages et à la porter de tous.

Il y a parfois cette alchimie avec un livre. Une sorte d'appartenance, on le lit, on le dévore même, et ce que nous lisons fait échos de ce qu'il y en a nous. Comme un roman n'échappe pas à la règle. Dès les premières pages, je suis happée par la plume de l'auteur : tantôt drôle, tantôt sérieuse, j'ai eu l'impression d'avoir en face de moi l'un des plus talentueux orateur qu'il m'a été donné de lire, ou d'écouter. 

Mais, ce qui m'a je pense le plus surprise, c'est le tout premier message transmis par l'auteur : la lecture ne doit jamais être contrainte et forcée pour être appréciée. Seigneur, mais pourquoi n'écoutons jamais nos amis écrivains ?! Pourquoi l'Education Française ne se sert pas de ce livre comme d'une Bible, d'un repère ? 
Depuis trop longtemps, je, nous, vous avez été trop gavés de lecture qui perdait tout son sens : on ne lisait plus pour lire, mais pour arriver à écrire, à composer un commentaire sans queue ni tête. Or, pour pouvoir écrire, nous devons nous imprégner d'un texte, car même les plus grands "copiés" le style d'un prédécesseur aussi illustre. Et toutes ces personnes qui n'ont pas eu la chance d'aimer lire dès le départ ou d'avoir un professeur qui PARTAGE sa passion, ont tourné le dos aux livres. Trop de travail, peu de compréhension. La faute à qui ? La faute au système qui, loin de donner l'envie de lire, l'embrouille et la détériore. Car lire pour comprendre et apprendre, doit être un plaisir.

Ensuite, l'auteur s'adresse aux lecteurs comme aux non-lecteurs, transmet son savoir et ses idées afin de familiariser les enfants à la diversité et à l'amour de la lecture. Par des gestes simples dès la petite enfance, par la donation de quelques minutes à un enfant le soir pour sa lecture, il peut y avoir une transmission de cet amour et l'enfant pourra apprendre l'essentiel : apprendre le plaisir de lire.

Loin des stéréotypes, Pennac met en avant tout ce que l'on pense : la télé abrutis, ceux qui ne lisent pas sont incultes, et les littéraires ont des lunettes et vivent constamment dans la bibliothèques sans amis. Alors que la description d'un lecteur c'est la description de vous et de moi, des gens autours de nous dans le métro qui mâchent une pomme un livre de Poche à la main. 

Et tout cela, toutes ces émotions, tout ce savoir de professeur, tous ces conseils et ses propres expériences défilent sur ces trop peu de pages. On ne peut pas disséquer ce livre, c'est de la vérité pure couchée sur papier. Et combien de lecteurs, combien de fois nous nous sommes retrouvés dans ce qu'écrit Daniel Pennac ? Nous avons tous eu dans notre vie, des personnes qui nous ont dis : alors ce livre ? Mais l'impression que nous laisse un livre est différente pour tout le monde, c'est pour cela que je parle de CHRONIQUE et non de CRITIQUE faite pour un livre sur mon blog. On donne son avis et son impression mais tout cela est personnel et ne regarde que nous. 

Je ne l'ai jamais fait, mais je souhaite vous montrer LE passage qui m'a le plus touchée, atteinte dans mon âme de petite lectrice : 
" Le temps de lire, comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre.
Si on devait envisager l'amour du point de vue de notre emploi du temps, qui s'y risquerait ? 
Qui a le temps d'être amoureux ? A-t-on jamais vu, pourtant, un amoureux ne pas prendre le temps d'aimer ? 
Je n'ai jamais eu le temps de lire, mais rien, jamais, n'a pu m'empêcher de finir un roman que j'aimais.
La lecture ne relève pas de l'organisation du temps social, elle est, comme l'amour, une manière d'être. "

Pour résumer : L'auteur donne son avis, prend le temps de prendre du temps pour ce qui le passionne : la lecture et la transmission de cette passion pour la lecture. Pour qu'à l'école, la lecture ne soit plus une corvée, un protocole mais pour que cela permette à des enfants, petits et grands de s'ouvrir d'autres portes vers des mondes enchantés. Je recommande vivement et même plus que ça, à tout le monde de lire cet essai magique, qui même quand on est lecteur accompli émerveille toujours, quand sur papier ce que l'on ressent quand on lit est écrit c'est sensationnel.

Note Globale : 800/20 !!!!!!


2 missives écrites:

didi8921 a dit…

tu donnes très envie de lire ce livre ^^ je le note !!

Manon S.R a dit…

Vraiment si tu as l'occasion je te conseille de lire ce livre il est tout simplement génial !

Enregistrer un commentaire

Un petit message pour un petit Bourriquet ?

Blog contents © Lira bien qui lira le dernier. 2010. Blogger Theme by Nymphont.